Histoire du parcours Chambers Bay

Juin 29 2015 -

Huit mois après son ouverture, Chambers Bay a accueilli un U.S. Open, le premier d'une longue série pour une ancienne carrière qui a relancé l'économie de la région du Nord-ouest pacifique. Vous pourriez aussi réaliser l'incroyable en gagnant un ticket sur un casino en ligne qui vous permettra de visiter ce type de parcours.

Chambers Bay est méconnu du grand public, n'a pas encore fait ses preuves et représente indéniablement une étrange combinaison. Pourquoi ce parcours est-il donc en lice pour établir autant de records d'US Open ? Les joueurs n'avaient pas encore commencé à jouer que l'US Open 2015, le premier organisé dans la région du Nord-ouest pacifique était déjà entré dans l'histoire. Il y a une décennie de cela, aussi improbable et peu conventionnel que cela puisse paraitre, le parcours n'existait pas. Comment a-t-il donc pu abriter l'US open ? Inconcevable. Si rien de tel ne s'était jamais produit dans l'histoire de cette compétition, ce fut surement le cas à Chambers Bay du 18 au 21 juin 2015.

1. C'est le premier US Open à avoir eu lieu dans un "bac à sable". Chambers Bay se situe dans une ancienne exploitation de sable et de gravier sur la bordure ouest de la ville de Tacoma à Washington, dans la banlieue d'University Place. Le parcours a une topographie sous forme de bol incliné, ouvert sur l'ouest, avec des voies ferrées et une vue magnifique du Puget Sound plus bas. À l'est se retrouvent de hautes et longues falaises. Au-dessus de son rebord se situe Grandview Drive, un lieu d'une hauteur de près de 25 mètres où les spectateurs peuvent rester pour observer Rory, Phil et autres avec des jumelles.

Ce terrain fut utilisé la première fois pour l'exploitation minière dans les années 1890, et au cours du siècle qui suivit, il parait qu'il a fourni 90% des matériaux qui ont été utilisés pour construire la ville de Seattle située à près de 65 kilomètres au Nord. Heureusement pour les golfeurs, c'est en majorité le gravier et non le sable qui a été extrait. Après que le service d'assainissement du Comté de Pierce ait acquis le site de 360 hectares en 1992, les travaux d'extraction ont continué jusqu'à 2001. À cette époque, un procureur du nom de John Ladenburg fut élu en tant que Chef Administratif du comté et décida que la propriété riveraine devrait être transformée en lieu de distraction publique qui comprendrait un terrain de foot, un sentier de randonnée et un parcours de golf.

En 2003, le comté lança un appel d'offres pour la conception et la construction du parcours, et 55 entreprises y soumissionnèrent. Ceux qui se sont rendus sur le site furent sidérés, non pas par le silence impressionnant (ce qui est courant), mais plutôt par la texture du sol qui est composée de sable pur ; un terrain idéal pour faire pousser du gazon synthétique, contrer la forte pluviosité et permettre aux balles de golf de rebondir correctement à chaque étape.

Ce tournoi n'aura pas été le premier à se dérouler sur un terrain sablonneux. Shinnecock Hills situé sur l'île de Long Island avait accueilli l'Open en 1896, ainsi qu'en 2004, et l'accueillera également en 2018. Cependant, Shinnecock est constitué de trous qui furent creusés le long de collines de sable parsemées d'arbres suivant une ligne de moindre résistance. Chambers Bay était un terrain où se déroulaient des opérations d'extractions minières, qui n'a pas été tamisé, décalé et modelé pour créer des obstacles. C'est un terrain où 1,5 million de mètres cubes de sable ont été rejetés.

2. C'est le premier parcours de golf qui a été érigé spécialement pour accueillir un U.S. OPEN. En janvier 2004, Ladenburg et un comité consultatif ont interviewé cinq finalistes. Il y avait Robert Trent Jones II (une société composée des associés Robert Trent Jones Jr. et Bruce Charlton) ; Hurdzan/Fry Design (qui à l'époque construisait Erin Hills, le site qui abritera l'Open en 2017) ; Bob Cupp (qui a conçu les 36 trous à Pumpkin Ridge près de Portland, un site qui a longtemps été considéré comme un favori pour abriter un Open) ; Phil Mickelson (encore présent pour remporter un tournoi majeur) et John Harbottle III qui était le favori au niveau local.

Ladenburg a notifié à chaque entreprise que son objectif était d'organiser un US Open et qu'il voulait un parcours sous forme de links. De ce fait, chacune des cinq propositions a prévu un plan semblable à celui du British Open. Les recommandations du comité consultatif n'ont pas fait l'unanimité. Ladenburg qui avait le dernier mot a finalement choisi la compagnie Trent Jones.

Qu'est-ce qui a été le facteur déterminant ? L'équipe de Jones, contrairement à ce qui a été largement diffusé, n'a pas été retenue parce qu'elle a distribué à chaque membre du comité un sac de golf en métal, gravé du logo du Comté de Pierce et portant l'inscription « Chambers Creek » (le titre de travail du projet à l'époque) et « U.S. Open 2030. »

« Ce fut un geste très apprécié, mais ce ne fut pas le facteur décisif », déclara Ladenburg. Il ajouta, « De plus, ils se sont trompés de 15 ans ». Ce fut la grande expérience internationale de Trent Jones Jr qui a convaincu Ladenburg. En effet, il avait déjà réalisé auparavant des plans pour des Links, notamment en Californie et à l'étranger. Aucun des autres candidats ne l'avait fait.

Dès le premier jour, l'objectif était de construire un parcours suffisamment bon pour accueillir l'Open. Ne laissant rien au hasard, Charlton discuta avec Ron Read, puis avec un directeur du bureau régional de la USGA qui contacta à son tour Mike Davis, l'actuel Directeur Exécutif de l'association. Lorsque la construction démarra en janvier 2006, Davis et Read parcoururent la propriété avec les concepteurs. « Ceci a du potentiel », déclara Davis, avant de rajouter « Ne le gâchez pas ».